A la recherche des danseuses...

Publié le par Laurence

Après notre expédition dans les boutiques de costumes de danseuses du ventre, avec Paola, nous avons décidé de nous mettre en quête d’un cours. Ca doit servir pour ses recherches et comme je n’ai pas grand-chose à faire en ce moment, ça peut être amusant. Le propriétaire de la boutique nous a indiqué un nom mais il ne connaît pas l’adresse exacte. Le studio de danse se situe sur la rue Qasr el-Nil près de la place Mustapha Kamel dans Downtown mais c’est à peu près tous ce que nous savons. Il nous conseille de demander sur place, le professeur qui tient cette école étant très réputé.
On se donne rendez-vous sur Midan el-Tahrir, une place immense, carrefour inconditionnel du Caire. Après avoir risqué plusieurs fois nos vies lors de la traversée de la place, on commence à remonter Qasr el-Nil. Arrivées à la fameuse place Mustapha Kamel, on se décide à demander dans les boutiques et aux bawabs (gardiens d’immeubles). Et là, c’est déception sur déception, personne ne semble connaître, sans compter les difficultés que nous avons à nous faire comprendre entre l’anglais, pas toujours bien compris, et nos quelques mots d’arabes dont la prononciation laisse encore à désirer… Au bout de cinq ou six tentatives, on commence à désespérer de trouver l’endroit. Paola essaye en désespoir de cause un vieux barbu en galabieh avec un Coran sur les genoux. Je me dis intérieurement que s’il y en a bien un qui ne doit pas savoir où se trouve un studio de danse, c’est bien lui !
Et bien évidemment, ô surprise, il connaît, il s’avère que c’est dans l’immeuble même dont il tient l’entrée. On entre donc, le studio est au 3ème étage. On commence à grimper les marches. L’immeuble est vieux et complètement décrépi. Comme tant d’autres immeubles du Caire, on a l’impression que personne n’a touché à rien depuis l’indépendance ! Le faux marbre des marches part en lambeaux, une grande baie vitrée composée de carreaux colorés menace de s’effondrer, les murs sont gris et sales. A se demander où est-ce qu’on va débarquer… Enfin on arrive au 3ème étage, on sonne et là on découvre un vrai studio de danse. Un long couloir avec des photos de danseurs, des affiches de représentation, en Italie, en Espagne, deux salles de danse, du matériel vidéo… Le Caire, c’est toujours un peu comme ça, des joyaux recouverts de poussière…
Le professeur, avec qui nous discutons un moment, s’avère être un danseur célèbre, reconverti en professeur, et qui organise de grands événements régulièrement à l’international. Il nous rembarre gentiment, il ne prend pas de débutantes, on s’en était un peu douté… Il n’a pas trop de temps non plus pour aider Paola dans ses recherches. Mais c’est pas grave, l’expérience était amusante en soi…
En revenant, je fais quelques recherches sur le web, et il s’avère effectivement que Mahmoud Reda est très connu en Egypte, danseur réputé, il a également tourné dans de nombreux films égyptiens… Ou comment rencontrer des célébrités sans le savoir… !
 
Pour plus d'infos, je vous mets le lien :
http://www.gobellydance.com/MahmoudReda.html
 

Publié dans Chroniques du Caire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article