Retour au Caire _ Relativisme

Publié le par Laurence

10 jours passé en Tunisie et nous voilà de retour au Caire.
Venant de France, en bonne européenne, j’avais toujours trouvé à la Tunisie quelques points plutôt agaçants quand on vit sur place. Mais je n’imaginais certainement pas que venant du Caire, j’aurais un tout autre avis.
Essayons-nous à une petite étude comparative sur la Tunisie des deux points de vues.
Par exemple, venant de France, j’avais toujours trouvé très triste la pauvreté qui existe dans les villages des campagnes et du Sud de la Tunisie. Mais en Egypte, la pauvreté est partout, à chaque coin de rue. Un mutilé mendie ici, une vieille femme qui tient à peine debout vend des mouchoirs en papier aux automobilistes, des enfants assis sur un bout de trottoir vendent des aïch (pain local)… La Tunisie semble vraiment être un pays bien portant en comparaison.
La saleté. En Tunisie, il n’est pas rare de voir des terrains vagues remplis d’ordures et de sachets noirs que le vent dispose harmonieusement. Mais en Egypte, la saleté est partout, jusqu’à l’intérieur des bureaux des administrations, dans la vétusté des cabinets médicaux, dans l’insalubrité des halls d’immeuble…
La disgrâce de certaines parties de la ville. A Tunis, certains quartiers ne sont pas très beaux, de vieux immeubles gris et sans grâce occupent la moindre parcelle de terrain disponible. Les rues sont étroites et sans lumière. Mais au Caire, c’est toute la ville qui est sans charme. Ce sont les quartiers agréables qui se comptent sur les doigts de la main. Les voitures sont partout, des ponts géants afin de désengorger la circulation, défigurent la ville. Les immeubles sont noirs de pollution et surtout extrêmement vétustes. Pourtant, il suffirait de peu pour que cette ville soit magnifique. En se promenant dans le centre ville, en regardant les anciens immeubles coloniaux, on imagine ce que devait être Le Caire, il y a 50 ans. Ce devait être une ville grandiose, vraiment.
Les gens. En Tunisie, je m’énerve sans arrêt contre les dragueurs en perpétuelle recherche d’un visa pour l’Europe. Mais au Caire, je ne peux pas utiliser plus du quart de ma garde-robe. Tout étant ou trop court, ou trop décolleté, ou trop moulant, ou sans manche. C’est désespérant.
 
Bref, tout ça pour dire que si j’allais faire un tour en Arabie Saoudite, je regarderais certainement Le Caire d’un autre œil.
 

Publié dans Chroniques du Caire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lecteur 29/08/2006 17:56

Je cite : "En se promenant dans le centre ville, en regardant les anciens immeubles coloniaux, on imagine ce que devait être Le Caire, il y a 50 ans. Ce devait être une ville grandiose, vraiment."
STP quand tu écris quelque chose assure toi que tu ne dise pas de conneries, ces immeubles ont été construit pour la plus par des pachas aux fortunes démesurées et non par des européens même si ce sont des architectes européens qui les ont conçus (en plus tu sembles avoir lu l'immeuble Yacoubian qui en est un exemple). Je tenais à faire remarquer que le consulat français au Caire est dans un état exterieur plus que désastreux au point que j'ai eu du mal à croire qu'il s'agissait du consulat quand je l'ai vu (je me demande pourquoi puisque ça doit pas être un probleme d'argent). Deuxiement compare des choses comprables, tout la population de la Tunisie n'atteint pas le tiers de la population du Caire, ce qui implique un plus de travail et les moyens qui vont avec (budget faible même si ça commense à bouger de ce coté, regarde du coté d'Alexandrie) et une polution importante. Dernier point, je pense avoir vu aussi souvent des balayeurs dans les rues du Caire qu'à Paris. Malheureusement les gens n'ont pas le reflexe de jeter dans les poubelles (qui sont en plus très peu nombreuses) et s'occupent seulement de leur interieur, ce qui est la base du probleme.

Cristophe 11/06/2006 18:42

Ca me rappelle quand je parlais de la saleté à Paris et qu'un Marocain m'a dit "si tu venais au Maroc...".

Myriam 08/06/2006 00:11

Bonsoir Laurence,
Je suis tellement ravie de lire tes lignes depuis...DAKAR...et oui je me trouve dans l'hantre de la pauvreté...un pied en enfer et l'autre dans la mer.
L'afrique, comment dire...tu l'adore ou la déteste.
Moi j'ai choisi de relativiser comme tu dis, ce n'est pas mon 1er voyage en afrique (la 1ere fois est tjrs un choc...je suis marocaine et je pensais savoir ce qu'est la pauvreté), mais là je suis ne voyage pro... ce n'est tout de suite pas la même chose...tapis rouge, on apprécie et on se familiarise vite avec les "passe-droits" c'est triste à dire, mais autrement c'est invivable. Ici ce que j'apprécie avant toute chose, c'est la simplicité des gens, leur sourrire en toutes circonstances (suis-je si naïve?). Enfin, je prends la vie "du bon côté" certainement parce que j'y suis...
Je suis à dakar depuis 10 jours et ça m'a fait plaisir de suivre tes aventures... A Bientôt !