Pique-Nique Felouque

Publié le par Laurence

 
Une des sorties les plus agréables et les plus typiques du Caire, à mon sens. C’est le pique-nique felouque.
Les ingrédients :
-         Un Nil bien large qui quitte progressivement la ville pour longer les berges pleines de roseaux
-         Un beau coucher de soleil sans nuage
-         Une felouque en bois à la voile assez large
-         Un batelier en galebiah et turban
-         Des coussins partout
-         Une grande table
-         … et bien sûr des amis et un pique-nique.
 
Même en plein été, le soir, dès que la felouque quitte la corniche, l’air devient tout à coup plus supportable, plus respirable. Au fur et à mesure que l’on s’avance au milieu du fleuve, la voile se gonfle et le vent forcit. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le vent est toujours assez fort au milieu du Nil. Il s’y engouffre sans doute depuis Alexandrie, sillonnant au-dessus du Nil depuis le Delta, jusqu’au désert et au Caire. La voile claque. Le soleil déclinant devient rouge, embrasant la campagne, les roseaux et les palmiers des berges. On a quitté Le Caire étouffant et surpeuplé pour remonter le temps, un siècle plus tôt, à l’époque des colonies, quand Le Caire était encore une ville aux belles villas et où le Nil baignait les pyramides lors des crues. Puis la nuit tombe, les lumières de la ville s’affichent, et on se croirait dans n’importe quelle cité moderne : hauts buildings, enseignes des restaurants et guirlandes lumineuses des mosquées se concurrencent. Les grenouilles croassent doucement. C’est l’heure pour nous aussi de revenir à des nourritures plus terrestres. On décapsule les bières, on débouche les bouteilles de vin. On étale la nourriture sur la table. Et les conversations reprennent.
 

Publié dans Chroniques du Caire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

@nne marie :0010: 27/08/2006 20:50

  Je n'ai jamais fait cela ! ! ! !  bisous   @nne marie